A propos


"Vous pouvez blâmer les gens qui se cognent dans l'obscurité ou vous pouvez allumer des bougies. La seule erreur est d'avoir conscience d'un problème en choisissant de ne pas agir." - Paul Hawken

Sortir de l'organisation des Témoins de Jéhovah est un défi posé à sa propre conscience. Comment en effet échapper à la culpabilité d'abandonner la course vers un idéal de perfection, entretenu par un système de pensée collusif si cohérent en apparence ? Dans une communauté qui assume à notre place notre protection et celle de notre famille, le "je", perçu comme dangereux, est anesthésié et s'efface au profit d'un "nous" invincible et rassurant. Dans une quête incessante de signes tangibles de l'approbation divine à travers l'organisation, on se place dans un état permanent d'auto-sujétion à un père et une mère symboliques travaillant de concert au façonnage pleinement consenti de sa conscience individuelle, selon des lignes directrices clairement définies :
  • La Watchtower est le canal exclusif de Dieu pour les humains
  • L'organisation nous aime, nous nourrit et nous dirige pour notre propre salut
  • Obéir à l'organisation c'est obéir à Dieu, pour notre bien
  • L'unité de croyance et de pensée requiert le rejet volontaire de tout esprit d'indépendance
  • L'amour de la communauté fraternelle est conditionné à notre loyauté indéfectible
  • Afin de se soustraire à son influence perçue comme dangereuse pour notre foi, nos relations avec le monde extérieur à l'organisation doivent se limiter au strict minimum qu'elle a elle-même défini
  • Notre conformité aux normes de l'organisation, en matière  de fréquentations, de mariage, de langage, d'habillement, de moralité, de divertissements, etc., ainsi que notre zèle dans les activités qu'elle coordonne, permettent à Jéhovah et à ses représentants humains de mesurer notre spiritualité et notre foi
  • Toute dissidence de pensée ou de conduite avec les enseignements de l'organisation peuvent entraîner notre exclusion de la communauté et la perte de nos relations familiales, amicales et sociales, lesquelles sont suspendues à notre repentance et à notre remise en conformité avec la conscience et les directives du groupe

Plongé dans cet univers aliénant avant même de naître, comme c'est mon cas et celui de dizaine de milliers d'autres Témoins, rien ne nous prédispose à le quitter quand nous y avons été nourris, choyés, éduqués, disciplinés, canalisés, imperméabilisés, modélisés, encensés, récompensés, fidélisés… si ce n'est une souffrance sourde, rendue perceptible par des rencontres et des présences éclairantes, des paroles lumineuses semées au hasard par des gens "du monde" à qui l'on prêche, des gestes de bonté et d'amitié posés spontanément par des "non-croyants", c'est-à-dire tous ceux qui ne partagent pas la foi jéhoviste…

Puis, un jour, vient le déclic final, perturbateur, inattendu, impensable, libérateur. Un secret révélé, une lecture interdite par le mouvement, un témoignage de l'intérieur, une réaction hostile dans la communauté, une confirmation tierce de ses propres doutes, une oreille bienveillante…

La Watchtower nous a formés à transmettre nos croyances, toutes les semaines, en nous enseignant des techniques de persuasion dignes des grandes entreprises de marketing. Une sorte de plan Tupperware spirituel en quelque sorte, où l'on convainc nos auditeurs de ranger leur vie dans des boites, d'abord de grandes boites, les questions existentielles, l'avenir, le paradis, qui vont s'encastrer dans des boites de taille inférieure, l'étude biblique, les réunions, la prédication, la baptême, qui vont recevoir à leur tour une multitude de petites boites où l'on va classer, étiqueter, trier la moindre de ses pensées, la plus petite parcelle de son individualité et toutes ses aspirations. Plus les boites seront petites, plus on sera évalué "spirituel" et plus on sera "digne du royaume".

Rouvrir une à une toutes ses boites oubliées ou escamotées, voilà en quelque sorte l'ouvrage auquel le transfuge de l'organisation va s'adonner pour se réapproprier sa vie, son "je".

Une fois coupé le cordon qui nous reliait aux mamelles de la Watchtower, se produit alors une renaissance, dans la douleur certes, mais aussi dans le déploiement des ailes. On quitte un cocon infantilisant, pour oser grandir et réfléchir par soi-même, enfin. Alors on entre dans une adolescence nécessaire, chargée de colère, de révolte, une revitalisante impertinence, qu'on va dépasser, à force de confrontations, pour apprendre à guérir ses blessures, à restaurer sa confiance en soi, à devenir grand de l'intérieur… En fouillant dans les lourds secrets de sa "famille spirituelle", en les exposant au grand jour, en les mettant au pilori de l'indignation publique, on les démystifie, on les désacralise, on s'en libère le cœur et l'esprit.

Voilà le but recherché par ce blog : ouvrir des boites. Dénoncer la tromperie. Démanteler la matrice. Fertiliser la souffrance en un terreau de liberté. Réfléchir, partager, grandir.

Nicodème


5 commentaires:

Fr. Ramzyer a dit…

Merci beaucoup !

Anonyme a dit…

C'est tellement bien dit !

CBAERT a dit…

Pourquoi dites-vous que la Bible appartient à la WatchTower. La Bible est un livre universel qui n'a rien à voir avec eux qui comme vous le dites avec raison qu'ils interprètent à leur façon.
Je possède environ une douzaine de bibles et chaque traducteur avance l'idée que la Bible est à eux. La Bible est : 2 Timothée 3:16,17
Que Dieu YHWH vous bénisse au nom de son Fils Jésus notre Sauveur.
Christian BAERT

Un TJ honteux de l'être et révolté a dit…

C'est parfaitement juste, extraordinairement formulé, exceptionnellement analysé !
Je suis sur ce même chemin, et bien que solitaire car personnel, le sac à dos se trouve allégé.
MERCI, MERCI.

Slick Sherpa a dit…

Ce texte est formidable. Même 4 ans plus tard, il résume à la perfection la situation que l'on vit lorsque l'on découvre la vérité à propos de la Vérité!